Logiciels

à Paris, des capteurs vont surveiller l’exposition aux ondes


L’ANFR entend rendre les données librement acessibles afin de faire la transparence sur l’impact de la 5G sur l’exposition des Parisiens.

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) a annoncé vendredi avoir installé des capteurs de mesure dans le 8e arrondissement de Paris afin de surveiller « l’évolution » de l’exposition du public aux ondes, en prévision du lancement commercial du réseau mobile 5G. Les chiffres sont communiqués en temps réel sur le site de l’ANFR.

« Ces capteurs vont permettre de recueillir des données sur l’exposition, consultables en temps réel, et pourront contribuer à la démarche lancée par la ville de Paris de réflexion sur les impacts de la 5G », a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Le conseil de Paris a voté début octobre la création d’une conférence citoyenne sur la 5G, alors qu’une partie de l’opinion se dit méfiante sur les effets sanitaires et environnementaux des ondes électromagnétiques.

Un rapport, commandé par le gouvernement, a souligné début septembre qu’il n’y a pas « d’effets néfastes avérés à court terme en-dessous » des valeurs limites d’exposition recommandées.

Des capteurs amenés à se multiplier

Mais plusieurs maires écologistes ou de gauche de grandes villes, notamment à Lille ou Grenoble, ont déclaré être en faveur d’un moratoire jusqu’à la publication prévue au printemps 2021 d’un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

Début octobre, le gouvernement avait annoncé un plan de contrôle de la 5G par l’ANFR, portant sur le niveau d’émission d’ondes électromagnétiques par les smartphones ainsi que par les antennes.

Après Marseille, Nantes, puis Paris, de nouvelles villes bénéficieront « dans les prochaines semaines » de l’installation de ces capteurs, a encore annoncé l’ANFR vendredi.

Après avoir versé 2,789 milliards d’euros à l’Etat pour s’emparer de « blocs » mis aux enchères début octobre, les opérateurs télécoms peuvent jouir de leurs fréquences 5G depuis mercredi.

Ils restent toutefois soumis à des procédures administratives liées aux autorisations techniques à déposer auprès de l’ANFR et aux demandes d’information des mairies.

Nice a annoncé vendredi être la première ville française à bénéficier d’une large couverture de la nouvelle génération de réseau mobile.


Source link