Techno / High-Tech

Amazon AZ1 Neural Edge, la puce qui pourrait rendre Alexa (plus) autonome


Le lancement des nouvelles enceintes Echo a donné l’occasion à Amazon d’intégrer, dans leurs entrailles, une puce d’un genre nouveau : un processeur neuronal.
Développé en partenariat avec le taïwanais MediaTek – décidément habitué aux partenariats avec les Américains – cette puce est comparable au Neural Core des Pixel 4 de Google. A savoir un bout de silicium dont les unités de traitement interne sont optimisées pour exécuter de manière très rapide et très efficace les algorithmes « IA » de la catégorie « apprentissage machine » (machine learning).

Consommant jusqu’à x20 moins d’énergie que les puces ARM non spécialisées utilisées par le passé par les Echo, l’AZ1 utiliserait aussi jusqu’à 85% de mémoire en moins tout en réagissant jusqu’à x2 plus vite. L’intérêt de cette puce « IA » custom ? Dans un premier temps, il s’agit pour les Echo de gagner quelques centaines de millisecondes lors des requêtes vocales envoyées à Alexa. Des délais largement perceptibles par l’oreille – et donc le cerveau – des humains.

En outre, le fait que le traitement dans l’appareil connecté – on parle d’« Edge computing » ou d’« Edge processing » – a comme avantage d’être rapide, et moins consommateur en données et bande passante. Soit des gains de temps, d’énergie et d’argent. Mais dans un second temps, la puce AZ1 d’Amazon pourrait aussi permettre à Echo d’être plus autonome et moins dépendant de la qualité du réseau. A la manière des Pixel 4 qui savent retranscrire les entretiens audios sous forme de texte même en étant hors ligne.

Cet AZ1 est la preuve que les processeurs neuronaux grand public, que l’on a d’abord vu arriver dans les SoC de smartphones, ont le vent en poupe et affiche des potentiels de plus en plus intéressants. C’est aussi la marque qu’Amazon, géant du cyber-commerce et du cloud, se mue doucement en entreprise de technologie de pointe en (co)développant ses propres processeurs. Qu’il s’agisse ici de puce grand public ou, comme avec ses Graviton, de CPU pour centres de données.

Source : SiliconAngle




Source link