Logiciels

Comment Apple va limiter le pistage publicitaire sur les iPhone, au grand dam de Facebook


Auprès de BFMTV, l’entreprise précise sa politique visant à limiter considérablement le poids de la publicité ciblée pour ses utilisateurs. Et égratigne Facebook dans une lettre ouverte.

Le 6 octobre dernier, des associations de protection de la vie privée et des droits de l’homme adressaient une lettre ouverte à Tim Cook, PDG d’Apple. Elles exprimaient leur volonté de voir l’entreprise mettre en œuvre une nouvelle option dévoilée quelques semaines plus tôt par la firme, visant à mieux protéger ses utilisateurs contre le ciblage publicitaire.

Apple a choisi de répondre ce 19 novembre toujours dans une lettre ouverte, assurant qu’à partir du début de l’année 2021, les utilisateurs d’iPhone et d’iPad devront donner leur accord pour voir leurs données personnelles aspirées par des applications proposant de la publicité ciblée, telles que celles de Facebook et Google.

Lors de la présentation d’iOS 14 le 22 juin 2020, Apple avait en effet annoncé cette nouvelle contrainte pour tous les développeurs d’applications. Cette demande de consentement prendra la forme d’une alerte affichée à l’écran, offrant la possibilité d’accepter ou refuser ce suivi.

“Identifier les menaces pour la vie privée”

“Apple a toujours introduit davantage de contrôles à disposition de l’utilisateur pour protéger ses données personnelles. Nous continuerons à suivre et identifier les menaces pour la vie privée, et à tout faire pour les contrer.” promet Craig Federighi, vice-président de l’ingénierie logicielle chez Apple, interrogé par BFMTV.

Avec cette nouvelle obligation, Apple inflige un coup dur aux géants de la publicité en ligne, à commencer par Facebook, qui a prévenu ses partenaires commerciaux d’une chute importante de revenus. En France, les représentants de l’industrie publicitaire ont annoncé le dépôt d’une plainte contre Apple pour abus de position dominante.

“A nos yeux, protéger les données personnelles de nos utilisateurs est totalement compatible avec l’existence du marché de la publicité en ligne, auquel nous croyons. Nous allons d’ailleurs proposer de nouveaux outils pour que les développeurs puissent y accéder, tout en respectant la vie privée.” assure Craig Federighi.

De nouveaux outils, limitant essentiellement la collecte de données personnelles à des informations sur l’efficacité des campagnes publicitaires, que Facebook a choisi d’adopter plutôt que de demander le consentement de ses utilisateurs pour en obtenir davantage.

Tous les développeurs devront respecter les règles

Dans sa lettre, Apple tacle au passage le réseau social de Mark Zuckerberg pour son appétit sans limite pour les données personnelles des utilisateurs de Facebook ou Instagram.

“Les dirigeants de Facebook ont ​​clairement indiqué leur volonté de collecter autant de données que possible par le biais de leurs services et des services tiers, pour développer et monétiser les profils détaillés de leurs utilisateurs, et ce mépris de la vie privée des utilisateurs se répercute toujours davantage sur leurs différents produits.” explique le texte signé par Jane Horvath, chargée de la vie privée chez Apple.

“Nous attendons que tous les développeurs respectent nos règles sur la vie privée. Facebook devra donc le faire également.” appuie Craig Federighi, toujours auprès de BFMTV.

Visée ce 17 novembre par une plainte concernant l’utilisation de ses propres outils à des fins publicitaires, Apple se veut catégorique, assurant que ces accusations sont infondées.

“Nous nous appliquons à nous-mêmes des critères bien plus stricts que ceux des régies publicitaires. Par exemple, nous n’utilisons pas de données de tiers et nous utilisons nos données de façon limitée” rappelle Craig Federighi.

Il assure qu’Apple n’accède pas aux données des utilisateurs de services tels qu’iCloud, Siri, iMessage ou encore Apple Pay.


Source link