Techno / High-Tech

Google développerait le processeur de son futur Pixel 6, avec l’aide de Samsung


Exit les Snapdragon, de Qualcomm, dans les smartphones de Google, et bienvenue à un SoC maison ? C’est ce que prétend le site 9to5Google qui aurait eu entre les mains une documentation interne concernant les futurs Pixel 6, qui devraient être lancés à l’automne.

Selon le document, la puce qui répondrait au nom de code « Whitechapel » serait le GS101 (Google Silicon 101), le premier SoC « custom » de Google. Né d’un partenariat entre Google et Samsung, le GS101 aurait été développé sur la base des Exynos du Coréen, sans qu’on en sache plus côté technique – le GS101 va-t-il récupérer la nouvelle partie graphique AMD ? La puce sera-t-elle gravée par Samsung ?

Une plate-forme à décliner

Mais ce qu’affirme savoir 9to5Google, c’est que la puce « Whitechapel »/GS101 n’est pas seule. Elle appartiendrait à la plate-forme « Slider ». Pourquoi parler de plate-forme ? Parce que comme Apple, Google développerait une puce qui soit à la fois utilisable dans les smartphones et les ordinateurs, ses fameux Chromebooks.
Cette maîtrise du logiciel et du matériel pourrait permettre à Google d’améliorer les performances et le niveau de services de ses différents systèmes.

L’histoire de Google avec les puces Snapdragon est un peu compliquée puisque le géant de la pub en ligne a toujours eu un peu de mal à maîtriser les puces de l’américain dans ses équations de développement de terminaux. Un manque de maîtrise qui a contraint Google à baisser en gamme pour son Pixel 5 (Snapdragon 765G au lieu d’un Snapdragon de série 8) afin d’arriver à trouver un bon équilibre performances/endurance/prix – n’est pas un industriel qui veut.

A découvrir aussi en vidéo :

Il reste à voir le degré de personnalisation de la puce auquel Google a eu recours, non seulement du point de vue des briques de Samsung, mais aussi du design initial d’ARM.

Source : 9to5Google


Source link