Cryptomonnaies

La Fondation Linux veut que la technologie Open Source s’attaque aux futures pandémies

La Linux Foundation, qui soutient l’innovation open source dans la technologie blockchain, a lancé la Linux Foundation Public Health Initiative (LFPHI) fin juillet. L’objectif du LFPHI est de promouvoir l’utilisation de l’open source par les autorités de santé publique, qui peuvent être examinées par n’importe qui, pour lutter non seulement contre le COVID-19, mais également contre les futures pandémies.

Lire aussi : Des chercheurs espagnols tentent de freiner la propagation du coronavirus via la Blockchain

Parmi les sept membres principaux du LFPHI figurent Tencent, Cisco et IBM. L’initiative soutient deux projets de notification d’exposition, «COVID Shield» et «COVID Green», dans le but d’améliorer l’interopérabilité entre les initiatives dans différentes juridictions.

Basées sur les systèmes de notification Bluetooth de Google et d’Apple, ces applications informent les gens lorsqu’ils ont été en contact étroit avec une personne diagnostiquée positive au COVID-19. Ces applications open-source sont conçues en utilisant le protocole Apple et Google pour les notifications, mais les applications elles-mêmes sont transparentes et donc plus fiables que les applications fermées, où il n’y a pas de vision du code qui les pilote.

Dan Kohn

Dan Kohn, directeur général de la nouvelle initiative, estime que la technologie open-source est nécessaire pour une application de notification d’exposition respectueuse de la vie privée, mais qu’elle n’est pas suffisante.

« Il est tout à fait possible de créer une application open-source qui est horrible pour la vie privée », a déclaré M. Kohn. « Mais l’avantage de l’open source, c’est qu’il vous empêche de prétendre simplement qu’il respecte la vie privée, parce que n’importe quel expert pourrait vérifier cela ».

En d’autres termes, le système peut être non seulement prétendre être respectueux de la vie privée, mais aussile prouver.

Apple et Google ont renommé leurs protocoles Bluetooth en «notification d’exposition» après les avoir initialement appelés «traçage des contacts». Les outils numériques sont destinés à faciliter le processus des traceurs de contacts humains, pas à les remplacer entièrement.

Depuis le début de la pandémie, des groupes du monde entier se sont empressés de développer des applications de notification d’exposition, mais dans de nombreux cas, les préoccupations concernant la vie privée, l’efficacité et le manque de confiance ont conduit à un faible taux d’adoption par le public. L’application australienne de recherche des contacts a été très peu utilisée et comportait des bogues qui en limitaient l’efficacité. La Norvège a interrompu l’utilisation de son application de recherche des contacts en raison de préoccupations liées à la protection de la vie privée par sa propre autorité de protection des données.

Aux États-Unis, une réponse fédérale inégale à la pandémie a laissé les États se débrouiller seuls, et les autorités de santé publique sont confrontées à des coupes et à un manque de financement.

«L’infrastructure de santé publique aux États-Unis a été laissée de coté au cours des 20 dernières années», a déclaré Kohn. «Maintenant, il est compréhensible que des milliards de dollars affluent dans cet espace, et en tant qu’organisation open source neutre, nous espérons aider à surveiller et à façonner certains de ces investissements de manière à garantir leur interopérabilité» ou leur compatibilité.

L’interopérabilité signifierait que différentes applications au niveau des États aux États-Unis pourraient communiquer des informations et des données entre elles.

Les deux projets de notification d’exposition LFPHI sont open source et destinés à aider à développer l’opérabilité back-end entre différentes applications.

Un autre outil que LFPHI introduit et affine continuellement est un tableau de bord où les applications de traçage des contacts et de notification d’exposition sont suivies. Le tableau de bord décompose les applications selon qu’elles utilisent le Bluetooth ou le suivi de localisation GPS (qui est généralement considéré comme plus invasif pour la vie privée que Bluetooth), si les applications sont open source et si elles sont fournies par une autorité de santé publique, parmi un certain nombre d’autres catégories. L’outil est l’une des rares bases de données complètes travaillant pour suivre ces applications de cette manière.

La TCN Coalition, un groupe mondial de technologues qui travaillait pour soutenir le développement d’applications de notification d’exposition préservant la confidentialité à compatibilité croisée, a été absorbée par la LFPHI dans le cadre de son lancement.

Jenny Wagner, ancienne directrice exécutive de la TCN Coalition et maintenant responsable du forum des implémenteurs de la LFPHI, a déclaré que les États-Unis ont besoin de plus d’applications basées sur le protocole Apple et Google, étant donné qu’elles seront alors compatibles les unes avec les autres. Elle a également declaré qu’il falliat une meilleure communication.

« …Pour que cette technologie fonctionne vraiment le point clé sera son adoption par le public… »

« L’une des choses que nous ne savons pas encore beaucoup, parce que nous n’avons pas eu la chance d’expérimenter, est de savoir quel est le message à faire passer pour que ces applications soient vraiment des outils de santé publique », a-t-elle déclaré. « De la même façon que la ceinture de sécurité vous aide, c’est un outil de santé publique dans une voiture. C’est ainsi que nous devons penser à ces applications sur les téléphones des gens ».

Alors que le monde est aux prises avec la pandémie COVID-19, des initiatives telles que LFPHI offrent un moyen de coordonner et de développer des réponses aux nouvelles pandémies qui pourraient survenir.

«Les plus grands défis autour de la notification d’exposition ne sont pas la technologie», a déclaré Wagner. Pour que cette technologie fonctionne vraiment le point clé sera son adoption par le public.




Source link