Jeux Vidéos

La Game & Watch de Nintendo fait (presque) tourner Doom


Qu’il s’agisse d’une montre connectée ou d’un test de grossesse, dès qu’il y a de l’électronique et un écran, la conscience collective des bidouilleurs se pose toujours la même question : est-ce que cela fait tourner Doom ? Dans le cas de la toute nouvelle mini console rétro de Nintendo, la Game & Watch, la réponse est déjà « oui »… mais en ajustant un peu les choses.

Très limitée non seulement par sa quantité de RAM et de stockage mais aussi par la façon dont elle gère sa mémoire, la petite console ne peut ni embarquer les fichiers originaux du célèbre jeu de tir à la première personne, ni exécuter les fichiers de manière classique.

Outre le contournement des protections en place et la rétro ingénierie nécessaire à l’accès de la mémoire de la console, le bidouilleur qui a réalisé le hack, stacksmashing, a rusé. Il a utilisé une version allégée des fichiers de données originaux, supprimant textures, modèles et animations. Et il a modifié la gestion de la mémoire vive en passant d’un mode dynamique à un mode statique.

Après plusieurs tentatives, le niveau de performances est devenu satisfaisant et si les textures sont dépouillées, au moins on voit plus facilement les ennemis que sur la version originale. Mais attention avant d’imaginer la Game & Watch comme console portable rétro hackable parfaite : Nintendo a tellement ajusté les composants à minima qu’il semble impossible de charger des jeux à volonté et de manière simple sur sa console. La transplantation de Doom risque bien de rester à l’état d’exploit. Pour le reste, il y a toujours la Switch Lite ou la GPD Win 3 que nous testerons très prochainement.

Notez au passage que si vous êtes anglophone, les vidéos de stacksmashing sur le hack de la Game & Watch sont très éclairants sur les méthodologies employées par les bidouilleurs. Pas de quoi devenir un champion, mais de quoi comprendre quelles sont les démarches initiales pour hacker. Et éventuellement mettre le pied à l’étrier ?

Source : Hackaday




Source link