Logiciels

le fils de Donald Trump exhorte Elon Musk à lancer son propre réseau social


Dans une courte vidéo postée sur Instagram, Donald Trump Jr a soumis l’idée d’un nouveau réseau social conçu par Elon Musk, et propice à une totale liberté d’expression. Le projet a une chance infime d’aboutir

Il est temporairement ou définitivement privé de Twitter, Facebook, YouTube ou encore Twitch et Shopify. A la suite de l’insurrection survenue ce 6 janvier au Capitole, Donald Trump a perdu l’accès à la quasi intégralité de son audience en ligne. Quelques heures après le saccage du Congrès américain, le président des Etats-Unis avait maintenu, dans une courte vidéo, que l’élection présidentielle lui avait été volée, légitimant les violences perpétrées par ses partisans.

Les réseaux sociaux alternatifs, qui ont dans un premier temps fait office de refuge pour les militants les plus radicaux, sont désormais plus étroitement surveillés que jamais. Le réseau conservateur Parler est depuis ce lundi inaccessible, son hébergeur ayant coupé les ponts avec la plateforme. L’un des onglets de discussion du forum Reddit, tout simplement baptisé « donaldtrump », a quant à lui été supprimé du réseau, pour avoir véhiculé des appels à la violence.

Un réseau social anti-censure

Par une tournure des choses inédite, Donald Trump fait office, dans les derniers jours de son mandat, de persona non grata sur l’ensemble des réseaux sociaux les plus populaires au monde. Via une courte vidéo diffusée sur Instagram, son propre fils, Donald Trump Jr., a lancé une bouteille à la mer: « Si Elon Musk peut envoyer des gens dans l’espace, je suis certain qu’il peut concevoir un Twitter, en bien mieux », a-t-il estimé, par un appel du pied directement adressé à l’entrepreneur américain récemment devenu l’homme le plus riche au monde.

« Je pense qu’un grand nombre d’Américains apprécieraient cela (un tel réseau social, ndlr) et le soutiendraient de tout leur coeur », a estimé Donald Trump Jr., à propos de cette plateforme « non biaisée ». Et d’ajouter que près de « 75 millions d’Américains » se sentent aujourd’hui marginalisés, en raison des règles de modération renforcées sur les plus populaires des réseaux sociaux.

Le 11 janvier, sur Twitter, ce dernier avait pris position contre les « entreprises high tech de la Côte ouest » américaine, accusés d’endosser le rôle d' »arbitres de facto de la liberté d’expression ». Elon Musk n’a pour autant jamais exprimé le souhait de fonder son propre réseau social.


Source link