Techno / High-Tech

les processeurs Intel Core H35 ouvrent enfin la voie aux PC ultraportables de gaming

Voici venir la seconde vague de processeurs Intel Core de 11e génération. Plus puissantes et plus polyvalentes, ces puces à quatre cœurs, pour huit threads, consomment plus que les premiers Core 11e génération sortis au mois de septembre 2020… mais moins que les actuels Core 10e génération, les Comet Lake-H, que l’on trouve dans les machines de jeu nomade de belle taille.

Ces nouveaux venus, appelez-les Core 11e génération H35, le « H » signifiant qu’ils sont puissants, ne consomment que 35 watts en vitesse de pointe. Pour mémoire les Comet Lake-H actuels, comme le Core i7-10875H par exemple, tirent eux 45 watts.

À lire aussi : Comment comprendre le jargon d’Intel et d’AMD pour bien choisir votre prochain processeur

Ces H35, Intel entend bien les loger dans les PC portables de type ultranomades, au format 14 ou 15 pouces dont l’épaisseur ne dépasserait pas 1,8 cm et dotés d’une carte graphique dédiée. Ensemble, CPU et GPU devraient être capables de faire tourner tous les jeux en 1080p avec les détails réglés sur High ou à plus de 70 images/secondes.

Oui, ils ont de l’ambition ces trois nouveaux Core, et Intel ne s’en cache pas du tout. Il les oppose, sans vergogne, à la concurrence actuelle pour mieux nous mettre en appétit.

Un Core i5 et deux Core i7, tous avec le même nombre de cœurs et de threads mais dont les fréquences, bien entendu, sont différentes. Intel avance tout de même que le plus puissant d’entre eux peut atteindre 5 GHz en calcul mono-canal !

Bonne nouvelle, ces processeurs H35 ne devraient pas tarder à arriver dans les machines de Dell, Asus, MSI et consorts. Si l’on en croit Intel, plusieurs modèles sont attendus dans le courant du premier trimestre.

Les ultraportables de gaming, enfin une réalité ?

Dans le détail, les Core i5-1130H, Core i7-11370H et le Core i7-11375H Special Edition sont tous gravés en 10 nm, sur le même procédé que les actuels Core de 11e génération. Vous trouverez toutes leurs caractéristiques ci-dessous.

Intel prend soin de préciser que ces trois processeurs peuvent être sous-alimentés à 28 watts pour leur permettre de rentrer dans des boîtiers très fins ou dont le système de refroidissement pourrait peiner à pleinement les refroidir. Dans ces conditions, les cœurs ne tourneraient bien sûr pas aux mêmes fréquences (cTDP Down dans le tableau ci-dessus).

Pouvoir les suralimenter, pour avoir encore plus de chevaux sous le capot, comme c’est le cas avec les Tiger Lake basse consommation, semble également possible. Intel n’a rien pu nous communiquer à ce sujet pour le moment.

Sur le plan technique, on note plusieurs choses. La première, ces puces prennent en charge nativement la norme PCIe 4.0 pour être compatibles avec les prochaines cartes graphiques.
Second élément intéressant, Intel évoque la possibilité de se servir du BAR (Base Acess Register) avec les cartes Nvidia ce qui préfigure bien d’une annonce en ce sens, lors de la conférence Nvidia de ce mardi après-midi. Ou, à défaut, dans les prochaines semaines.
Enfin, en calcul simple cœur, les unités Tiger Lake 11e génération enfermées dans ces trois processeurs seraient jusqu’à 15% plus puissantes que leurs homologues cachées dans les Comet Lake-H.

Trois éclaireurs et le gros de la meute de Tigre arrive

Pour nous donner un avant-goût des prochaines annonces Intel sur le versant mobile, le fondeur a déclaré que d’autres Tiger Lake-H allaient bientôt arriver en nombre, avec jusqu’à huit cœurs gravés sur le circuit et des possibilités encore démultipliées, notamment avec la prise en charge de 20 lignes PCI-Express 4.0.

Il faudra toutefois sûrement attendre le printemps, voire le tout début de l’été 2021, pour avoir plus d’informations à leur sujet. Peut-être à l’occasion d’un Computex 2021, à Taipei (Taïwan) ? En présentiel ?




Source link