Sécurité

Morte à cause d’un ransomware ? Non, estime le procureur


L’affaire avait fait grand bruit. En septembre dernier, une femme transportée en urgence absolue décède en Allemagne sur le chemin d’un hôpital relativement éloigné, car l’établissement le plus proche — le CHU de Düsseldorf — était bloqué par un ransomware. Dès lors, pouvait-on poursuivre les auteurs de ce malware pour homicide involontaire ? Interrogé par Golem.de, le parquet Wuppertal estime que non. A la suite de l’autopsie, aucun lien de causalité n’a pu être établi entre la mort de cette personne et le ransomware. L’état de la personne décédée était tellement dégradé que même si elle avait été accueillie par le CHU de Düsseldorf, elle n’aurait sans doute pas survécu.

Pour autant, le parquet de Wuppertal continue ses recherches à propos de ces pirates qui avaient chiffré une trentaine de serveurs de cet établissement de santé. Contactés par la police, ces malfrats avaient finalement transmis aux autorités la clé pour déchiffrer les données. Ils s’étaient apparemment trompés de cible et voulaient en fait bloquer un site universitaire.

Source: Golem.de




Source link