Logiciels

Twitter alerte désormais les utilisateurs qui s’apprêtent à « liker » une fausse information


Twitter s’engage à limiter encore davantage la diffusion des fausses informations. La plateforme espère décourager ses utilisateurs à liker un tweet trompeur en affichant un message d’avertissement.

Twitter a récemment musclé sa politique contre les fausses informations. Le réseau social vient d’annoncer une nouvelle mesure pour limiter encore davantage leur portée. Twitter avertira désormais un utilisateur quand il s’apprête à aimer un tweet jugé trompeur.

Depuis l’élection américaine début novembre, Twitter accolle des « messages d’alerte » aux tweets comportant des informations erronées, pour prévenir les utilisateurs. De nombreux tweets de Donald Trump, qui refusait de reconnaître sa défaite et assurait avoir la preuve d’une fraude électorale, ont hérité de ce traitement.

« Ces avertissements ont permis de réduire de 29% le partage d’informations trompeuses. Nous les élargissons donc pour qu’ils apparaissent lorsque vous vous apprêter à aimer un tweet étiqueté », a expliqué Twitter.

Jusqu’à présent, Twitter affichait un avertissement uniquement quand un utilisateur souhaitait partager un tweet jugé trompeur, par le biais d’un retweet. Juste avant l’élection américaine, Twitter a d’ailleurs pris plusieurs mesures pour limiter le retweet, qui contribue à rendre un message viral, en encourageant ses utilisateurs à commenter un tweet et à lire le contenu des articles partagés.

Facebook moins strict

Facebook a lui aussi labellisé les publications diffusant de fausses informations sur les élections américaines. Mais contrairement à Twitter, Facebook n’a rien fait pour limiter la viralité de ces messages. Il restait possible de les commenter, de les partager et de les aimer. Ces étiquettes n’auraient permis de diminuer les partages que de 8% sur Facebook, selon des documents internes consultés par BuzzFeed.

De son côté, Twitter a tellement utilisé ces messages d’alerte qu’ils sont devenus viraux sur la plateforme. Les internautes les utilisaient à tort et à travers pour faire de l’humour.


Source link